legende et mythologie

Égypte, Grèce et Rome anciennes, les mythes fondateurs

Son rayonnement et son éclat expliquent sans doute la filiation céleste et l'origine divine qu'on a longtemps prêtées au diamant. Au temps des pharaons, il était le symbole du soleil, de la force, du courage et de la vérité. Les Egyptiens le révéraient et le plaçaient au centre du signe Ankh, hiéroglyphe égyptien qui signifie “ la vie ”. Les Grecs de l’Antiquité croyaient que les diamants étaient des particules célestes, des poussières d’étoiles tombées sur Terre ou les larmes des dieux. Pour les Romains, les pointes des flèches de Cupidon, dieu de l’amour, étaient en diamant, indestructibles.

Poison ou elixir de jouvence ?

Des croyances extravagantes sur les vertus prétendument néfastes ou bénéfiques de l’absorption du diamant ont également longtemps circulé.  

On raconte que Frédéric II d’Allemagne en 1250 et le sultan Bajazet en 1512 seraient morts empoisonnés par de la poudre de diamant subtilement mêlée à leurs aliments.  Le pape Clément VII quant à lui aurait succombé à une “overdose” de diamants au 14e siècle…

En Inde, on le recommandait comme élixir de longévité et de vigueur et des traités de pharmacie louaient ses vertus de contrepoison, de fortifiant ou de baume pour soigner les plaies. 

La fabuleuse légende de la Vallée des diamants

La légende de la « vallée des diamants » a été l'objet de multiples versions, que ce soit dans des textes chinois ou arabes, les contes des Mille et Une Nuits, ou les récits d'exploration de Marco Polo. 

La « vallée des diamants » relate l’histoire d’un explorateur - Alexandre le Grand pour certains, Sinbad le Marin pour d’autres – qui devait rapporter des diamants d'une profonde vallée oubliée protégée par des serpents et des aigles.   Selon un récit, ces serpents avaient le pouvoir de changer les hommes en pierre mais le héros de la légende les pétrifia eux-mêmes grâce à des miroirs réfléchissant leurs regards maléfiques.

Pour atteindre les pierres précieuses et inaccessibles, il eut l’idée de se servir des aigles. Aidé de ses hommes, il lança de la viande fraîche au fond de la vallée tapissée de diamants. Les aigles, alléchés, fondirent sur ces appâts et s'en emparant, saisirent les diamants dans leurs serres. Il suffisait ensuite de suivre les aigles et de ramasser les pierres qu’ils semaient dans leur envol.  

Sinbad le marin
Sinbad le marin illustration de Léon Carré (BNF)

Le saviez-vous ? 

Les Egyptiens ont été les premiers à sceller l’union de deux personnes, avec un anneau porté à l’annulaire de la main gauche. Ils croyaient en l'existence d'une veine d’amour, partant du cœur pour aboutir directement au quatrième doigt de la main gauche. L’usage fut repris à travers l’histoire par les Grecs, puis les Romains qui la baptisèrent “Vena Amoris”. C’est à partir du XVème siècle que cet anneau fut orné de diamants et devint un symbole d'amour éternel.

Portrait du maharaja Sir Sri Krishnaraja Wodeyar Bahadur
Portrait du maharaja Sir Sri Krishnaraja Wodeyar Bahadur

Un symbole de force et de protection

La dureté du diamant fait qu’on lui a prêté des vertus protectrices. En Inde, la croyance voulait que “ celui qui porte un diamant verra les dangers se détourner ”.  C’est ainsi que les marchands indiens présentaient et vendaient leurs diamants au sein de l’Empire Romain.

Jusqu’au XVème siècle en Occident, le port du diamant était réservé aux hommes de lignées royales.  Ceux-ci l'arboraient parfois sur leurs armures en témoignage de leur richesse et de leur puissance. C'est ainsi que le diamant a pris part à nombre de guerres et de conquêtes. 

Plus récemment, Napoléon Bonaparte lui-même était si subjugué par la beauté du Régent, un diamant de légende, qu’il le fit sertir à plusieurs reprises par les orfèvres Odiot, Boutet et Nitot, sur son épée de parade en 1803, son épée de sacre en 1804, puis le pommeau du glaive impérial en 1812.

Le diamant : de l’odyssée de la nature à l’aventure des hommes

Découverts en Inde il y plus de 3 000 ans, les diamants exercent une fascination universelle et sont à l’origine d'histoires, de mythes et de légendes envoûtants. Cette fascination, qui s’est souvent muée en passion, est nourrie par l'âme, la beauté et la magie d’une pierre rare née il y a plus de 3,3 milliards d’années.

Les diamants se sont formés au cœur de la terre, entre 140 et 800km de profondeur, et sont le fruit d'un hasard extraordinaire associant une pression extrême à une température de 1 000 degrés. Au terme d'un processus de "cristallisation" long de plusieurs millions d'années, cette combinaison unique a permis de transformer un élément chimique commun, le carbone, en diamant. Ce miracle de la nature s'est produit il y a plusieurs milliards d'années, longtemps avant l'apparition de toute forme de vie sur terre.

Ces conjonctions idéales ne se sont jamais reproduites et la terre a cessé de produire des diamants il y a 900 millions d'années.

Bien plus tard, il y a 3 ou 400 millions d’années, les éruptions puissantes des premiers volcans ont fait remonter un très petit nombre de diamants intacts jusqu’à la surface de la terre.

Fruit de l’aventure universelle des éléments et des forces telluriques, un diamant nous raconte l’histoire de la Terre et de sa formation. Il nous raconte l’histoire de sa propre naissance, de son voyage improbable des tréfonds de la Terre jusqu’à la lumière du jour. Mais un diamant nous raconte aussi une autre histoire encore plus importante : une histoire humaine. Né il y a trois milliards d’années, le destin d’un diamant, taillé, apprivoisé, se mêlera à celui des hommes et des femmes qui l’ont trouvé, extrait, taillé, serti et enfin, consécration ultime, porté. Des profondeurs de la Terre, un diamant, authentique et précieux, vient éclairer et célébrer les moments et les relations les plus vrais et les plus précieux de notre vie.

Sur son chemin, le diamant est une source essentielle de richesse et de développement pour les communautés, régions et pays qui participent à son extraction et à son polissage. On estime à dix millions le nombre de personnes dans le monde qui dépendent directement ou indirectement de la filière du diamant pour leur éducation, leur santé, ou tout simplement leur subsistance, et cela dans des régions souvent défavorisées en Afrique ou en Inde. Le diamant aujourd’hui est également responsable. La vaste majorité des diamants commercialisés de nos jours sont extraits par des entreprises minières d’envergure mondiale, engagées à respecter les plus hauts standards et les règles les plus strictes en matière environnementale et sociale. Elles sont toutes particulièrement impliquées dans le développement et l’amélioration des conditions de vie et de travail des communautés locales.

Depuis quinze ans la filière mondiale du diamant est strictement contrôlée pour s’assurer notamment de l’application des engagements éthiques et sociaux établis par le Kimberley Process sous l’égide des Nations Unis et sous le contrôle permanent des ONG. Le Processus de Kimberley (www.kimberleyprocess.com) permet de garantir l’absence de diamants en provenance de régions de conflits dans toute la chaine de commercialisation.

Authentique, précieux et responsable, un diamant de plusieurs milliards d’années est porteur d’une symbolique forte. Le trouver, l’extraire, le tailler, le sertir, l’offrir, le porter et enfin l’offrir à son tour à quelqu’un qu’on aime, c’est prendre part à la plus belle des aventures, celle de la Terre et des Hommes.