Représentation des mines de diamants aux Indes Orientales

IVe siècle avant JC

Découverte des premiers diamants en Inde à Golconda. Des textes sanskrits attestent clairement que l’on faisait déjà le commerce du diamant. Ils étaient appelés vajra, coup de tonnerre en raison de leur force.

VIIIe siècle

À Rome et dans la Grèce Antique les diamants étaient désignés par le terme adamas qui signifie invincible, inflexible. Réputé pour sa dureté incomparable, unique, le diamant était synonyme d’adamas.

Peinture des femmes du treizième sicèle

1270

Les ordonnances du roi Saint Louis interdisent aux femmes, princesses ou roturières de porter la moindre pierre précieuse.

Portrait d'une femme et de son enfant au quinzième siècle

1444

Agnès Sorel est la première femme à outrepasser cette interdiction en portant le diamant offert par Charles VII follement épris d’elle.
Le diamant devient le symbole de l’amour qui dure.

Jusqu’au XVe siècle

Seuls les rois portaient le diamant, comme symbole de force, de courage et d’invincibilité.
Au milieu du XVè siècle Anvers s’enorgueillit de traiter près de la moitié du commerce international de diamants.

Peinture d'une famille au quinzième siècle

1477

La tradition de la bague de fiançailles débute lorsque l'Archiduc Maximilien d'Autriche offrit une bague en diamant à la Princesse Marie de Bourgogne.

Peinture du sacre de François premier

1530

Création de l’inventaire des Joyaux de la couronne par François 1er avec 8 pièces. Ils s’enrichirent durant les règnes de Louis XIV et Louis XV et devinrent au XVIIIe siècle la plus belle collection de diamants en Europe. C’est aussi l’institution officielle chargée de veiller sur ce patrimoine économique et symbolique, trésor de l’Etat.

1668

Le diamant Hope (45.5ct bleu provenant d'Inde) est venu au Roi Louis XIV par Jean Baptiste Tavernier (1605-1689. Ce négociant de produits de luxe et pionnier du commerce avec l'Inde, était l'un des voyageurs les plus renommés de l'Europe du XVIIème siècle. Il se rendit six fois en Orient entre 1632 et 1668. Vers les actuels Chypre, Malte, Turquie, Syrie, Irak, Afghanistan, Pakistan, Inde, Sri Lanka et Indonésie et rapporta de nombreux diamants, développant ainsi leur notoriété.

1700

Les ressources provenant d’Inde s’épuisent; les gisements alluviaux du Brésil deviennent une source importante

Image du diamant Eureka

1866

Erasmus Jacobs, 15 ans, trouve un diamant, baptisé plus tard Eurêka, sur le bord de la rivière Orange en Afrique du Sud. La naissance des mines d’Afrique du Sud marque le début de l’industrie moderne du diamant.

Portrait de Cecil Rhodes

1888

Création de De Beers Consolidated Mines par Cecil Rhodes

1893

Création du Club diamantaire d’Anvers, la plus importante des quatre bourses du diamant.

Diamant le plus gros du monde à côté de diamant de taille normale

1905

Découverte du plus gros diamant brut au monde le Cullinan 3106 carats près de Pretoria en Afrique du Sud.

Image d'un diamant composée de 57 facettes

1919

Mise au point de la taille brillant moderne composée de 57 facettes par Marcel Tolkowsky (1899 - 1991), mathématicien russe qui publia "Diamond design" dans lequel, à partir de calculs, il établit les proportions idéales à donner à un diamant rond pour en optimiser la brillance et les feux.

1933

Création de la Central Selling Organisation (CSO), centrale collective de vente chargée d'acheter, de trier, de stocker et de vendre la production mondiale de diamants en vue de son écoulement rationnel sur le marché.

Bague sertie de 3 diamants

1947

“Le diamant est éternel” slogan publicitaire inventé par N. W. Ayer l’agence de communication de De Beers

1967

Découverte de la pipe kimberlitique la plus abondante d’Orapa au Botswana par une équipe de De Beers Geologists. Ce gisement qui s’avèrera être le plus grand de la région avec ses 117 hectares, marque les débuts du développement économique international du Botswana, pays jusqu’alors le plus démuni d’Afrique.

Mine Bostwana

1979

Maureen Muggeridge géologue australienne révèle la_mine Argyle la mine de diamants au rendement le plus important en volume au monde à Smoke Creek dans le Kimberley à l'ouest de l'Australie.

Maureen Muggeridge

1991

Fraichement diplômée, la géologue Eira Thomas alors âgée de 21 ans retourne au Canada et se joint à son père pour prospecter Yellowknife, une région du nord. Elle doit son surnom de Reine des diamants du Canada par la découverte de Diavik, l’une des mines les plus riches au monde pour la qualité de ses diamants.

Eira Thomas
Kimberly

2003

Création du processus de Kimberley

2012

Inauguration de la plus grande bourse de diamants au monde à Bombay

2015

Création de le Diamond Producers Association

DPA

Le diamant : de l’odyssée de la nature à l’aventure des hommes

Découverts en Inde il y plus de 3 000 ans, les diamants exercent une fascination universelle et sont à l’origine d'histoires, de mythes et de légendes envoûtants. Cette fascination, qui s’est souvent muée en passion, est nourrie par l'âme, la beauté et la magie d’une pierre rare née il y a plus de 3,3 milliards d’années.

Les diamants se sont formés au cœur de la terre, entre 140 et 800km de profondeur, et sont le fruit d'un hasard extraordinaire associant une pression extrême à une température de 1 000 degrés. Au terme d'un processus de "cristallisation" long de plusieurs millions d'années, cette combinaison unique a permis de transformer un élément chimique commun, le carbone, en diamant. Ce miracle de la nature s'est produit il y a plusieurs milliards d'années, longtemps avant l'apparition de toute forme de vie sur terre.

Ces conjonctions idéales ne se sont jamais reproduites et la terre a cessé de produire des diamants il y a 900 millions d'années.

Bien plus tard, il y a 3 ou 400 millions d’années, les éruptions puissantes des premiers volcans ont fait remonter un très petit nombre de diamants intacts jusqu’à la surface de la terre.

Fruit de l’aventure universelle des éléments et des forces telluriques, un diamant nous raconte l’histoire de la Terre et de sa formation. Il nous raconte l’histoire de sa propre naissance, de son voyage improbable des tréfonds de la Terre jusqu’à la lumière du jour. Mais un diamant nous raconte aussi une autre histoire encore plus importante : une histoire humaine. Né il y a trois milliards d’années, le destin d’un diamant, taillé, apprivoisé, se mêlera à celui des hommes et des femmes qui l’ont trouvé, extrait, taillé, serti et enfin, consécration ultime, porté. Des profondeurs de la Terre, un diamant, authentique et précieux, vient éclairer et célébrer les moments et les relations les plus vrais et les plus précieux de notre vie.

Sur son chemin, le diamant est une source essentielle de richesse et de développement pour les communautés, régions et pays qui participent à son extraction et à son polissage. On estime à dix millions le nombre de personnes dans le monde qui dépendent directement ou indirectement de la filière du diamant pour leur éducation, leur santé, ou tout simplement leur subsistance, et cela dans des régions souvent défavorisées en Afrique ou en Inde. Le diamant aujourd’hui est également responsable. La vaste majorité des diamants commercialisés de nos jours sont extraits par des entreprises minières d’envergure mondiale, engagées à respecter les plus hauts standards et les règles les plus strictes en matière environnementale et sociale. Elles sont toutes particulièrement impliquées dans le développement et l’amélioration des conditions de vie et de travail des communautés locales.

Depuis quinze ans la filière mondiale du diamant est strictement contrôlée pour s’assurer notamment de l’application des engagements éthiques et sociaux établis par le Kimberley Process sous l’égide des Nations Unis et sous le contrôle permanent des ONG. Le Processus de Kimberley (www.kimberleyprocess.com) permet de garantir l’absence de diamants en provenance de régions de conflits dans toute la chaine de commercialisation.

Authentique, précieux et responsable, un diamant de plusieurs milliards d’années est porteur d’une symbolique forte. Le trouver, l’extraire, le tailler, le sertir, l’offrir, le porter et enfin l’offrir à son tour à quelqu’un qu’on aime, c’est prendre part à la plus belle des aventures, celle de la Terre et des Hommes.